Programme Europe

Print Friendly

 

L’Europe, c’est d’abord une formidable aventure humaine unique au niveau mondial. Une Union librement consentie, fondée sur des valeurs fortes et sur les principes de solidarité et d’égalité des Etats membres.

Au-delà des intérêts communs, les citoyens et les Etats qui la composent partagent un patrimoine d’une exceptionnelle richesse, des valeurs communes comme la paix, les droits de la personne humaine, la démocratie, fruits de notre histoire et nourries par les drames que nous avons connus au siècle dernier.

L’Europe, c’est aussi un ambitieux projet de construction d’un espace de paix, de sécurité, de bien-être, de prospérité et de développement économique et social pour les citoyens européens et pour le monde.

Ensemble et depuis plus de soixante ans, les Etats membres de l’Union européenne forment la plus grande économie au monde. Ensemble, l’Europe a permis des avancées considérables pour la protection des consommateurs, pour la formation, pour la monnaie unique, pour l’élaboration de normes communes en matière de protection de l’environnement, de sécurité alimentaire, de transport, de coopération policière, judiciaire, d’allongement du congé de maternité et bien d’autres !

Ce rêve européen continue à vivre et à faire vibrer de par le monde. Comment rester insensible quand, en Ukraine, les drapeaux européens sont au coeur des manifestations pour le changement et la démocratie ? Comment rester indifférent lorsque le Comité Nobel de la Paix décide d’honorer l’Union européenne en déclarant : « Vous avez en Europe quelque chose de précieux, quelque chose dont vous devez être fiers. Ne l’affaiblissez pas, au contraire, enrichissez ce grand projet de paix qu’est l’Europe !» Quand on regarde l’Europe depuis Pékin, Kinshasa ou Washington, on comprend que ce qui nous rassemble en tant qu’Européens est infiniment plus grand que ce qui nous sépare.

Mais au même moment, il nous faut constater qu’au sein même de l’Europe, le rêve a fait place au désenchantement.

Avec les différentes crises économiques et financières que nous avons connues, les politiques européennes se sont principalement concentrées sur la limitation des dettes d’Etats en plaidant pour des politiques d’austérité. Force est de constater que cette réponse n’est pas adéquate : le taux de chômage augmente, la pauvreté progresse et les inégalités continuent de se développer. Les mouvements populistes en profitent pour jouer avec les peurs des gens et s’affirmer. A l’heure où les égoïsmes nationaux montent en flèche, à l’heure où les partis radicaux prônent le repli national et la sortie de l’euro comme si c’était un remède-miracle, une autre réponse doit être élaborée pour lancer une dynamique nouvelle. Nous sommes aujourd’hui au milieu du gué.

Dans ce contexte de crise, de défiance des citoyens à l’égard des institutions européennes et de ses politiques, les élections européennes du 25 mai 2014 doivent être l’occasion, pour l’Union européenne et ses citoyens, de clarifier le projet européen, de tourner radicalement le dos aux replis nationalistes et populistes qui veulent casser ce beau projet, de procéder à un profond examen de conscience pour mieux répondre aux questions essentielles qui sont : comment réenchanter le projet européen ? Comment redonner confiance en l’avenir et ne pas nous arrêter à nos peurs ? Comment construire mais surtout comment faire perdurer tous ensemble ce formidable projet ?

Pour nous, au cdH, la réponse, c’est que le projet européen redevienne un rêve à accomplir pour tous les citoyens, un artisan du mieux vivre-ensemble, un projet qui offre des perspectives d’avenir et d’épanouissements à tous et pour tous. Le projet européen ne peut se réduire à un espace de concurrence économique, il doit être davantage. Jacques Delors, ancien Président de la Commission européenne, lui-même, a dit : « On ne fait pas rêver les gens avec un marché unique ! ».

Le projet européen doit être un espace d’économie de coopération, un espace de solidarité, un espace de dépassement de soi et d’excellence collective. Le projet européen doit être un espace d’épanouissement pour le développement humain.

La reconnaissance de la valeur inaliénable de l’être humain est inscrite dans l’ADN de l’Union européenne, et depuis sa création, elle contribue à sa force et à son attractivité. Comme l’a écrit Jean Monnet, dans ses Mémoires : « C’est le développement de l’Homme qui est l’objet essentiel de tous nos efforts ». Dès le début, lorsque l’aventure européenne en était encore à ses balbutiements, l’un des Pères fondateurs de l’Union européenne n’a pas donné une réponse technocratique. C’était ça le génie de Jean Monnet. C’était par des moyens certes techniques – notamment via une intégration par la voie économique -, réaliser un rêve, un rêve politique : celui de la paix et celui de l’unité des Européens. Et au coeur de ce projet, le développement de l’être humain qui est – et doit rester- l’essence même du moteur de l’Europe!

Pour nous, au cdH, l’Europe doit donc changer de cap ! Au cdH, nous voulons, à l’instar de Jean Monnet, en revenir aux fondamentaux : le développement humain ! Seule une Europe du développement humain sera en mesure de répondre aux attentes des citoyens, réenchantera le projet européen et poursuivra le rêve et l’idéal des Pères fondateurs de l’Europe.

Il est temps pour l’Europe de mieux se définir pour exister pleinement. Pour nous, cette redéfinition du projet européen passe par une nouvelle Union politique et démocratique, par un noyau dur d’Etats membres qui, ensemble et unis, continueront à aller de l’avant dans l’intérêt des citoyens et à oeuvrer pour une Europe du développement humain.

Jean Monnet a également écrit : « Quand une idée est nécessaire, il ne faut pas se demander si elle est possible, il faut la rendre possible ! ». Au cdH, nous sommes convaincus que l’Europe est nécessaire. Et nous ferons tout pour la changer et la rendre possible…Maintenant !

Notre vision en trois chapitres et 45 propositions :

Chapitre 1 (pp. 348 à 369). Réenchanter l’Europe ! Au cdH, nous voulons une Europe pour et par les peuples. Pour ce faire, il faut réenchanter le projet européen. Il faut rendre les citoyens acteurs de leur propre changement. Au cdH, nous pensons qu’il faut démocratiser pleinement l’Europe, notre Europe. Au cdH, nous voulons créer une nouvelle Union politique et démocratique au départ de la zone euro pour mieux avancer. Cette nouvelle Union politique et démocratique supposera un nouveau Traité avec des rééquilibrages politiques et institutionnels qui mettront le citoyen au coeur même du projet européen. Au cdH, nous pensons aussi que le réenchantement de l’Europe passe aussi par la conclusion d’un nouveau Contrat social européen à l’échelle de la zone euro. Il faut que l’Europe concrétise ses ambitions sociales et progresse dans les solidarités. Ce réenchantement du projet européen passera en outre par la création des conditions d’une concurrence saine pour les entreprises : il faut que l’Europe lutte de manière plus efficace contre la concurrence fiscale et sociale qui sévit au sein de l’Union européenne. Enfin, ce réenchantement du projet européen que nous voulons nécessitera un budget européen ambitieux. Plus ambitieux que celui que nous avons actuellement.

Chapitre 2 (pp. 370 à 390). Bâtir une Europe du développement humain. Au cdH, nous pensons que le véritable développement ne peut intervenir que dans une économie au service de l’Humain et adaptée aux défis de notre temps. Cela nécessite tout d’abord d’arrêter de donner la priorité au « tout à la finance ». Cela implique ensuite de définir un nouveau Pacte européen pour une croissance durable qui misera dorénavant ET exclusivement sur l’Humain, qui respectera et fera fructifier les capacités de chaque être humain, qui visera à l’amélioration de la qualité de vie et du bien-être non seulement des Européens mais de l’ensemble des habitants de la planète. Enfin, une Europe du développement humain implique qu’elle soit respectueuse de l’environnement et de ses consommateurs. Il faut construire une Europe qui promeuve un mode de vie, de consommation et de production de qualité.

Chapitre 3 (pp. 391 à 404). Faire de l’Europe le moteur du développement humain au plan mondial. Le développement humain est un enjeu planétaire. Nous pensons que seule l’Europe peut être le moteur et le porte-voix du développement humain dans le monde. Au cdH, nous pensons que l’Europe a le devoir de démontrer à l’ensemble du monde qu’un autre type de développement est possible. Il faut une Europe influente, solidaire et humaine face à la mondialisation. L’Union européenne doit dès lors davantage affirmer son leadership en tant que partenaire et acteur international.


Chapitre 1. Réenchanter le projet européen
  • Action 1 : Cap citoyens !
  • Action 2 : Conclure un nouveau Contrat social européen
  • Action 3 : Créer les conditions d’une saine concurrence
  • Action 4 : Donner à l’Europe les moyens de ses ambitions

>> Cliquez ici pour accéder à nos actions et nos propositions


Chapitre 2. Bâtir l’Europe du développement humain !
  • Action 1 : Remettre la rivière de la finance dans son lit
  • Action 2. Définir un nouveau Pacte européen de croissance humaine
  • Action 3 : Parachever l’Union économique et monétaire
  • Action 4. Respecter l’environnement et les consommateurs

>> Cliquez ici pour accéder à nos actions et nos propositions


Chapitre 3. Faire de l’Europe le moteur du développement humain au plan mondial !
  • Action 1 : Une politique étrangère humaniste
  • Action 2 : Une Europe garante de la justice et des libertés

>> Cliquez ici pour accéder à nos actions et nos propositions



Télécharger le programme complet